Les effets des écrans sur le cerveau des plus jeunes

Dans cet article, nous allons parler des effets positifs et négatifs des écrans sur le cerveau des plus jeunes !

Temps de lecture : 5 minutes 👀

À l’ère où le numérique règne, les enfants passent de plus en plus de temps devant les écrans (TV, téléphone, ordinateur) au détriment d’autres activités. De nombreux parents éprouvent des difficultés à détourner leurs enfants de ces écrans.

Les médias numériques font partie du quotidien des enfants et des adolescents. Ils comportent des bienfaits non négligeables, mais aussi des risques pour leur apprentissage, leur santé mentale et physique et leur vie sociale.

Les 5 effets négatifs des écrans sur le cerveau

L’impact des écrans sur les jeunes est de plus en plus élevé, plusieurs études montrent l’augmentation de cette exposition et ses effets néfastes. Nous avons sélectionné quelques-unes d’entre elles comme celle menée par l’Académie américaine de pédiatrie (APP), montrant que les enfants âgés de moins de 8 ans regardent de moins en moins la télévision (le temps passé devant la télévision a chuté de 2,24 heures par jour à 1,59 heure entre 2002 et 2012). À contrario, les jeunes sont de plus en plus devant les autres appareils, comme les jeux vidéo, les téléphones, les tablettes ou les différentes plateformes de
 streaming. (D’après une étude de La Souris Grise, 20.9% des enfants de 3 – 12 ans possèdent une tablette tactile et 79.1% utilisent la tablette « familiale ».)
De nombreuses études révèlent que le temps d’exposition aux écrans cause la réduction de la durée de sommeil chez les enfants et les adolescents. Les cycles de sommeil sont donc perturbés.

La lumière bleue émise par les écrans stimule 100 fois plus les récepteurs photosensibles de la rétine que la lumière blanche ce qui altère la synthèse de la mélatonine, l’«  hormone du sommeil  », et retarde le coucher. Les ondes des téléphones, même en mode veille, ne sont pas bonnes pour le cerveau. Il est donc conseillé de mettre son téléphone en mode “hors ligne”.
Un temps important passé devant la télévision ou les jeux vidéos est associé à la consommation de malbouffe (la plupart du temps). Chez les enfants, l’augmentation du risque ultérieur d’obésité est augmenté. Des études ont montré que le fait de réduire le temps d’écran conduit à réduire la pratique d’une activité physique.
Comme expliqué précédemment, la lumière bleue des écrans a des effets néfastes sur la rétine en libérant des molécules toxiques dans les cellules photoréceptrices. L’utilisation des écrans pourrait causer une croissance fulgurante de la myopie, surtout dans les cas de sessions derrière les écrans sans lumière naturelle, ou encore une limitation des sorties en extérieur.
On le sait tous (et c’est d’ailleurs comme ça que l’idée nous est venue), l’épidémie a eu raison d’un grand nombre de parents et d’enfants. Écoles fermées, demi-classes, climat tendu entre parents en télétravail et enfants en cours à distance… Nous avons voulu vous permettre à vous, parents, de pouvoir vous reposer tranquillement en étant sûrs que votre enfant révise bien.
Les enfants qui fréquentent trop régulièrement les réseaux sociaux, s’enfermant dans ce “monde parallèle” où les relations sont fictives, ont tendances à s’exposer au risque de dépression et, à terme, l’impact de ce comportement a une influence négative sur le développement émotionnel de l’enfant ou de l’adolescent.
Le HCSP (Haut Conseil de la Santé Publique) recommande d’interdire les écrans aux enfants de moins de 3 ans et les écrans 3D pour ceux de moins 5 ans. Les autres consignes générales sont : pas d’écran dans la chambre des enfants, ne pas les laisser en regarder une heure avant de dormir, ni pendant les repas. Il est nécessaire, poursuit le HCSP, d’accompagner la consommation d’écrans en fonction de leur nature (tablette, télévision, jeux vidéo…) et des catégories d’âge et de trouver un équilibre entre autorisation
 et interdiction, tout en consacrant du temps aux autres activités.

Les effets positifs des écrans sur le cerveau

Bien utilisés et encadrés par les parents et les enseignants les écrans peuvent être bénéfiques pour les enfants. Selon Olivier Houdé, professeur de psychologie cognitive à l’Université Paris-Descartes : “Avant deux ans, tous les écrans non interactifs n’ont aucun effet positif. Mais les tablettes visuelles et tactiles correspondent au développement sensori-moteur de l’enfant.”
L’enfant expérimente le « faire semblant », c’est donc l’âge pour l’éduquer entre le virtuel et le réel.
En plus de proposer des quiz en totale corrélation avec le programme scolaire actuel, car développés par des professeurs de l’Éducation Nationale, notre application est dotée d’une intelligence artificielle. Cette IA va adapter les questions posées au niveau de l’enfant, repérer ses points forts et ses faiblesses pour lui permettre de rattraper un possible retard et d’évoluer facilement.
Vous pouvez laisser votre enfant naviguer seul sur le web et son téléphone à condition qu’il ait bien intégré les risques liés à cette pratique et que vous définissiez un cadre : fixez ensemble les moments de connexion sur les écrans autorisés (en évitant les connexions nocturnes et illimitées depuis sa chambre).
Accompagnez les jeunes sur leurs écrans en leur expliquant les dangers, en insistant notamment sur le fait que tout ce qui est mis sur le web peut tomber dans le domaine public, ne peut pas être effacé et n’est pas nécessairement vrai.

Des recherches en sciences cognitives ont montré que « les adolescents qui jouent aux jeux vidéo peuvent développer des compétences exceptionnelles »

Stanislas Dehaene
La culture numérique se caractérise d’abord par l’interactivité et le fait de pouvoir interagir avec une base de données, un support, un logiciel ou d’autres utilisateurs. Un joueur de jeux vidéo passe son temps à apprendre de son environnement virtuel, à combiner ses compétences et à créer des stratégies pour progresser dans les niveaux de jeu via la prise de décisions rapides, la réflexion et l’acquisition de la combinaison d’objets divers. Cela permet aussi de se sociabiliser et de travailler en équipe en communiquant avec d’autres joueurs, le tout pour surmonter les difficultés que représentent les quêtes et les ennemis. 
L’outil numérique favorise une pensée plus rapide, fluide et multitâche. Le développement d’une pensée rapide pouvant améliorer les capacités d’analyse.
Il faut tout de même modérer le temps d’écran et de jeu, un juste milieu est nécessaire, comme pour tout…
Conclusion
Les enfants sont de plus en plus exposés aux écrans, c’est pourquoi Il faut savoir encadrer et leur apprendre à connaitre les dangers de ce monde virtuel. Il ne faut tout de même pas diaboliser les écrans. Oui, ils ont des effets néfastes mais ils possèdent aussi des effets bénéfiques comme mentionné dans l’article. 🕶Quoi qu’il en soit, si vous voulez accompagner et réguler le temps des écrans de vos enfants tout en les aidant dans leur apprentissage, téléchargez gratuitement Nanaba ! 😛

Ton enfant est accro aux écrans ?

Optimise l’utilisation de son téléphone et de sa tablette et trouve un compromis positif :
télécharge gratuitement Nanaba pour bloquer ses applications préférées en échange de révisions
!

Facebook
Twitter
LinkedIn

Articles récents ✍